Etude électrophysiologique endocavitaire et ablation par cathéter

L’étude électrophysiologique endocavitaire est un examen invasif spécialisé qui permet de déterminer la cause des troubles du rythme ou de la conduction électrique cardiaque. Cet examen est pratiqué dans une salle de radiologie dédiée, équipée d’un matériel spécifique. L’étude électrophysiologique endocavitaire est indiquée en cas de crises de palpitations prolongées (tachycardies) ou en cas de malaises ou de syncopes (ralentissements électriques ou bradycardies).

Par voie veineuse, en anesthésie locale, on introduit un cathéter (sorte de sonde souple) qui permet d’enregistrer l’activité électrique cardiaque (électrocardiogramme) à l’intérieur du cœur. L’enregistrement à l’état basal ou lors de stimulations électriques contrôlées permet de visualiser ou de déclencher le trouble du rythme et de déterminer ainsi le mécanisme causal.

 

L’ablation par cathéter, généralement effectuée dans le même temps que la procédure diagnostique, a pour but de supprimer le trouble du rythme. Une fois que celui-ci a été localisé, l’application d’un courant de radiofréquence permet de cautériser, par effet thermique, le site responsable du trouble du rythme. La procédure est également réalisée en anesthésie locale dans la grande majorité des cas.

Certains troubles du rythme, comme la fibrillation auriculaire par exemple, impose une procédure d’ablation plus complexe, plus longue, plus difficile, car les sites responsables de l’arythmie sont multiples, étendus, et habituellement localisés dans l’oreillette gauche dont l’accès est plus compliqué. L’exploration électrophysiologique endocavitaire et l’ablation par radiofréquence sont réalisées par un cardiologue spécialisé dans les troubles du rythme (rythmologue ou électrophysiologue).